002
Tel.:   +41 22 525 44 36
Mob: +41 76 251 40 80

Genève: quelques remarques sur les investissements immobiliers directs

La stabilité économique et politique de la Suisse, hors de la zone Euro, contribue à son attractivité pour des investisseurs soucieux de diversifier leur portefeuille.  Il n’est pourtant pas aisé de faire un choix car les prix et la rentabilité des immeubles est très différente d’un quartier à l’autre.  Deuxième place financière de Suisse, Genève compte parmi les dix premières du monde. Son accessibilité (combinées à des avantages non négligeables concédés aux entreprises) n’ont pas échappé aux 400 sociétés de négoce installées dans notre belle ville, faisant d’elle la plus importante place de trading de matières premières au monde.

La rentabilité des immeubles du parc immobilier genevois se situe autour des 4%, taux accepté par les caisses de pension qui ont l’obligation de posséder un certain capital en valeurs immobilières.  Ce rendement  est largement supérieur sur du long terme ce qui explique que les prix continuent de grimper.  Le peu d’immeubles de « patrimoine » disponibles sur le marché ainsi que le prestige du label « Genève » contribuent à surévaluer ces biens qui représentent une faible portion du parc immobilier genevois. D’autre part, la phase actuelle de taux d’intérêt bas n’est pas étrangère à l’intérêt croissant des investisseurs qu’ils soient suisses ou étrangers.

Un sondage effectué par Ernst & Young auprès d’un certain nombre d’acteurs du monde économique/financier indique que 92% jugent la Suisse « attrayante », voir « très attrayante » pour 30% d’entre eux.  Aux investisseurs européens inquiets des crises dans la zone euro se sont ajoutés les investisseurs internationaux qui sont rassurés par la bonne santé de notre monnaie. Il serait pourtant hypocrite de feindre d’ignorer les attaques de toutes parts : USA, France,  Allemagne, qu’il soit question du secret bancaire, de la transparence, voir des craintes engendrées par de nouvelles législations et accords en cours de négociation.

La Suisse dispose de 130 banques dont deux grandes : le CREDIT SUISSE et l’UBS.  Diccon Bewes dans son livre « Le Suissologue » a écrit « les banques suisses font partie de notre communauté, des endroits sécurisés, à l’abri des incertitudes, garants de stabilité ».   Si la place financière suisse évolue afin de relever les défis d’une économie mondialisée, certaines valeurs restent immuables: la confiance, la discrétion et non le secret comme le véhicule les images des médias étrangers.

Les banquiers privés genevois qui animaient les conférences des « Assises de la Place financière » du 3 juin 2013 ont clairement affirmé qu’ils avaient parfaitement conscience de la nécessité de s’adapter aux exigences d’une clientèle internationalisée souvent plus jeune, mieux informée que les générations passées.  Les clients ne sont plus l’exclusivité d’une seule banque car « ils ne mettent plus leurs œufs dans le même panier » d’où l’importance de la qualité des services donnés.  Face à la crise économique mondiale, les banques accordent une place plus importante aux placements immobiliers qu’ils soient directs ou indirects. Afin de renforcer les liens et fidéliser leur clientèle, les banques tendent alors à devenir des « family office », et assument dès lors de nombreuses tâches  de « facility management ».

En sortant de cette journée à laquelle participaient plus de 400 représentants du monde financier local, face aux turbulences et attaques dont la presse se fait largement écho, j’ai trouvé ces hauts représentants du monde bancaire sereins et confiants en l’avenir : fausse naïveté ou simple croyance qu’il faut laisser le temps au temps?

Je répondrais simplement : un grand vin se bonifie avec le temps, il en sera de même avec les biens achetés même à un prix élevé.  A ces considérations matérielles s’ajoute un élément plus précieux, le coffret sans lequel votre précieux bien n’aurait pas la même valeur :  la qualité de vie que cela soit à Genève ou dans le canton de Vaud, cette sensation de bien être et de sécurité à nulle autre pareille.

Sources :

Crédit Suisse – Marché Immobilier 2013

UBS – La Suisse et UBS, de solides partenaires

« le Suissologue » traduction en français du livre « Swiss Watching » de Diccon Bewes best-seller et Livre de l’Année selon le Financial Times en 2011